H.P. Lovecraft

L'écrivain, son oeuvre, son influence

Outils pour utilisateurs

Outils du site


culturepopulaire:hommage_a_lovecraft

Hommage à Lovecraft

Par KADATH, novembre 2008

{

Dino Battaglia est connu dans le monde du neuvième art pour ses illustrations fantastiques et notamment une très belle adaptation de plusieurs nouvelles d’Edgar Allan Poe également parue chez Mosquito.

Né à Venise le 1er août 1923, il débute sa carrière de dessinateur après la guerre avec Hugo Pratt dans la revue L'Asso di Picche. Lecteur des grands auteurs classiques, il réalise une série d’adaptations des oeuvres de Melville, Stevenson, Poe, Hoffmann, Maupassant. Il est l'un des premiers à vouloir rompre avec la structure ordonnée de la page et aboutir à un langage inédit fait de cases aux formes asymétriques alternant avec des pages sans case délimitée, voir des pleines pages. Son style graphique et narratif deviendra pour de nombreux collègues une référence. L’Argentin Alberto Breccia, grand spécialiste de Lovecraft, s’est très probablement inspiré du style de Battaglia pour réaliser son Cthulhu car certaines scènes de cet album ressemblent par l’ambiance et le graphisme aux réalisations du dessinateur italien.

Dino Battaglia meurt à Milan en 1983 en laissant une oeuvre importante contenant de nombreuses adaptations d’auteurs fantastique, mais aussi des oeuvres classiques tel un album consacré à Maupassant, une adaptation du Gargantua de Rabelais, Ivanhoé et une histoire de Thyl l’espiègle.

L’Hommage à Lovecraft qui termine l’album Le golem est une courte bande dessinée d’une douzaine de pages, entièrement en blanc et noir, originalement publiée dans la revue Linus en 1970. S’inspirant assez librement de la nouvelle Le cauchemar d’Innsmouth, l’auteur dépeint l’aventure d’un automobiliste perdu dans la pluie d’une nuit où il aboutit dans une ville côtière dont il ignore tout : Asenath. L’amateur de Lovecraft appréciera le clin d’oeil de Battaglia qui reprend le nom du personnage féminin d’un autre conte de Lovecraft, Le monstre sur le seuil !

Errant dans cette ville fantôme, l'automobiliste croit découvrir un interlocuteur mais déchante en constatant qu’il s’agit d’un homme mort depuis longtemps dans une barque abandonnée au port. Un bruit remplace le silence qui règne, puis une intense odeur de poisson semble se propager en sinuant entre les ruelles sordides… Vous connaissez probablement la suite : notre voyageur de commerce égaré découvre les vrais habitants d’Innsmouth… pardon, d’Asenath…

Le graphisme hésite entre un pointillisme fait de petits traits à l’encre noire et l’emploi judicieux de hachures symétriques et linéaires, parfois interrompues par des zones d’un noir profond. Les cases sont tantôt régulières, tantôt flottant librement sur la page. Les phylactères sont également présentés au gré de la fantaisie de l’auteur, ronds, rectangulaires, ou carrément hors textes. Les décors, comme la physionomie du personnage, sont marqués par un emploi mesuré du détail qui laisse l’imagination du lecteur bondir d’une scène à l’autre selon sa sensibilité. L’ambiance générale qui émane de cette adaptation d’apparence simpliste est aussi désespérée que le texte qu’écrivit Lovecraft en 1931, l’emploi du noir et blanc soulignant d’autant plus la fin sordide de la victime des créatures de l’océan.

Les autres adaptations présentes dans cet album - toutes publiées dans Linus entre 1969 et 1974 - sont à l’unisson de cette quête lugubre de l’homme face à un univers fantastique. Dino Battaglia signe en blanc et noir un hommage de grand talent non seulement à Lovecraft mais à tout l’univers fantastique.

/home2/tiubuk/public_html/data/pages/culturepopulaire/hommage_a_lovecraft.txt · Dernière modification: 2017/07/30 15:07 (modification externe)