H.P. Lovecraft

L'écrivain, son oeuvre, son influence

Outils pour utilisateurs

Outils du site


culturepopulaire:la_cite_sans_nom

La cité sans nom

Par KADATH, novembre 2008

La célèbre collection d’études biographiques des Cahiers de l’Herne fêta dignement l’année du premier pas de l’homme sur la lune en rendant hommage au Maître de Providence. Dans cette ouvrage qui réunissait les plus grands noms du fantastique francophone mais aussi d’outre-atlantique, le jeune dessinateur Philippe Druillet apporta toute son imagination pour fournir une partie importante des illustrations reprises dans ce volume. Outre une série de planches qui ont pour thème le Necronomicon, il réalise une courte bande dessinée de quatre planches en noir et blanc qui illustrent la nouvelle La cité sans nom.

Fidèle au scénario de Lovecraft, on suit l’explorateur dans un désert dominé par un ciel tourmenté d’éclairs et de nuages noirs encadrant un astre sombre. La bande dessinée est “muette”, c’est-à-dire sans phylactères, et la compréhension de l’histoire par le lecteur est donc limitée à la suggestivité des images.

Druillet utilise l’encre de Chine et des tons très nuancés en jouant avec des effets d’ombres d’autant plus réussis que l’histoire montre un personnage avançant dans un souterrain uniquement éclairé à l’aide d’un flambeau. Ce qui donne un effet réellement étouffant. Druillet réussit l’exploit de respecter l’histoire originale en seulement une douzaine de cases aux différentes formes. Les momies qui s’échelonnent au long des lugubres couloirs aux sarcophages sont représentées sous l’aspect de créatures anthropomorphes dont les détails sont saisissants. Les traits du héros évoluent au fil de son effroi et le graphisme aux traits ombrés soulignent encore l’angoisse que fait naître ce voyage sous terre. Détail en guise de clin d’oeil, le personnage de l’explorateur a des traits qui ressemblent un peu à ceux de HPL…

Il s’agit encore d’une oeuvre de jeunesse, le style qui fera la célébrité de Druillet n’est encore ici qu’aux prémisses du rêve flamboyant des aventures de Lone Sloane. La courte bande dessinée se termine par la célèbre citation que l’on retrouve souvent chez HPL : “N’est pas mort pour toujours qui dort dans l’éternel, mais d’étranges éons rendent la mort mortelle.”“ Ces planches sont intégrées dans un cahier qui présente aussi des dessins extraits de la série d’illustrations pour Elric le nécromancien, eux aussi en noir et blanc et d’une beauté exceptionnelle.

Pour mieux connaître l'auteur, vous pouvez lire Philippe Druillet : le dessinateur qui a retrouvé la clef d'argent.

/home2/tiubuk/public_html/data/pages/culturepopulaire/la_cite_sans_nom.txt · Dernière modification: 2017/07/30 15:07 (modification externe)