H.P. Lovecraft

L'écrivain, son oeuvre, son influence

Outils pour utilisateurs

Outils du site


culturepopulaire:premiers_frissons

Frissons lovecraftiens : premiers frissons

Onze histoires constituent le recueil, toutes en noir et blanc. Choix judicieux d'absence de couleurs qui renforce la noirceur des sujets et gomme un peu plus l'amateurisme. On notera que si les scénarii sont plutôt judicieux (on y reviendra) car dûs à un unique scénariste, Nicolas Burelout initiateur du projet, les dessins sont assez variés mais parfois inégaux. Certains auteurs ont un sérieux coup de crayon, d'autres un peu moins. Mais la diversité et la durée courte de chaque histoire permet de pas trop s'attacher aux défauts graphiques.

Ce qui frappe à la lecture, c'est le choix de ne pas adapter directement le Maître mais plutôt de proposer des histoires différentes, plus en phase avec notre époque. Si l'on excepte la première histoire Le poète fou par Kaan qui met en scène Alhazred lui-même et Ithaqua par Philippe Lemaire qui raconte le retour du Wendigo sur Terre (avec une apparition impressionnante du sus-nommé), les autres textes ne mettent pas en scène directement les créatures de Lovecraft. En revanche, on y trouve moultes tentacules, décors apocalyptiques et un peu de gore bien senti (Les adorateurs de Pâques par Mickaelo) ainsi qu'un hilarant hommage à Herbert West (Le réanimateur par Polo), petite perle d'humour noir grotesque. Les auteurs nous gratifient d'un making of complet de l'histoire Dernière injection par Sef et d'un excercice de style (Le puits des A-mort-reux) plutôt réussi dans lequel deux dessinateurs, Djo et Fern, adaptent le même scénario. Résultat probant mais plaisir trop court.

En conclusion, Frissons lovecraftiens est une BD sans prétention, réalisée avec soin et professionnalisme. Burelout a su proposer à chaque dessinateur une histoire propre à chaque style. Un volume 2 est annoncé.

/home2/tiubuk/public_html/data/pages/culturepopulaire/premiers_frissons.txt · Dernière modification: 2017/07/30 15:07 (modification externe)