H.P. Lovecraft

L'écrivain, son oeuvre, son influence

Outils pour utilisateurs

Outils du site


mythologie

Le Mythe de Cthulhu

Avec VanPrinn

Imaginez que demain matin vous vous réveillez avec la certitude que toutes vos croyances religieuses ou spirituelles ne sont que pures fantaisies. Ni Dieu ni aucun de ses avatars dans aucune religion, ni le Diable ou ses incarnations n'existent… Seules de sombres entités extraterrestres nous dominent et guident parfois nos volontés… Elles sont immortelles, autrefois elles gouvernaient l'univers tout entier, aujourd'hui la magie les empêchent de régner… Ces entités ont pour nom Azathoth, Yog-Sothoth, Hastur, Cthulhu, Nyarlathotep, Shub-Niggurath…
Imaginez que des cercles d'adeptes maléfiques, dégénérés, connaissent l'existence de ces entités et les vénèrent aux quatre coins du monde, dans les marais de Louisiane, dans les étendues arctiques, sur les sommets enneigés du Tibet, au coeur de l'Afrique animiste… à côté de chez vous !

Le mythe de Lovecraft

© 2001 F. Launet/Goomi Studio

De son vivant, H.P. Lovecraft n'a jamais donné le nom de “Mythe de Cthulhu” à son oeuvre. Cette expression dûe à August Derleth est d'ailleurs aujourd'hui largement galvaudée, englobant à la fois les textes initiaux de Lovecraft mais également un grand nombre de pastiches d'auteurs contemporains ou plus récents, parfois loin des considérations de HPL, malgré leurs indéniables qualités littéraires. Certains spécialistes du Maître suggèrent d'ailleurs de parler plus de “mythe de Lovecraft” que de “Mythe de Cthulhu”.

Cette confusion est dûe au travail d'August Derleth, correspondant et exécuteur testamentaire de Lovecraft, qui oeuvra pour la popularité de ce dernier après 1937. Jusqu'à sa mort en 1971, Derleth fut très actif pour publier Lovecraft et le faire connaître au plus grand nombre. Qu'il soit remercié de celà. Mais enthousiasmé par l'univers du Maître de Providence sans avoir sa vision des choses, il s'attela à veiller farouchement sur “son” Mythe de Cthulhu de manière très exclusive, décidant de ce qu'il devait être ou ne pas être. A l'origine, Lovecraft n'avait pas intégré l'idée de lutte entre le bien et le mal. C'est encore une fois Derleth, en chrétien convaincu, qui s'est attelé à cette tâche, essayant ainsi de créer une cosmogonie et une mythologie cohérente et fort discutable car très éloignée des considérations et des visions de HPL.

Mais le mythe de Lovecraft n'est pas cohérent. HPL, curieux et cynique du monde dans lequel il vivait utilisait ses créatures, ses lieux, ses narrations pour exprimer son point de vue sur les éléments qui nous entourent, sur les mystères du grand cosmos comme sur la psychiatrie, l'animalité de l'homme ou la sauvagerie de la nature. D'une histoire à l'autre, et parfois au sein d'une même histoire, son mythe est incohérent. Lovecraft ne cherchait pas particulièrement cette cohérence (sans non plus la rejeter) mais simplement une manière de faire passer une idée, un concept. Il a d'ailleurs régulièrement utilisé certains éléments extérieurs pré-existants, comme Le Roi en Jaune, pièce de théâtre maudite cité par Robert W. Chambers dans son recueil éponyme.

Quelles nouvelles font partie du mythe de Lovecraft ? Lesquelles n'en font pas partie ? Doit-on vraiment les classer ? Et qu'en est-il des “révisions” pour d'autres éctrivains ? Certains textes ne reprennent que quelques noms, d'autres mettent carrément en scène des personnages et des dieux précis dans des lieux soigneusement présentés. Peut-être faut-il prendre l'oeuvre du Maître dans son ensemble, et ajouter aux fictions les lettres, poèmes et études, ainsi que le suggérait S.T. Joshi, grand spécialiste actuel de HPL. L'ensemble des écrits de Lovecraft reflèterait ainsi son regard sur le monde.

Extensions derlethiennes

Si l'on considère le concept de Mythe de Cthulhu derlethien, les apports extérieurs peuvent-ils être hissés au niveau des textes de Lovecraft ? Derleth pensait que oui pour un certain nombres d'entre eux : les siens (qui reprennent souvent avec peu d'originalité, les grandes lignes livrées par Lovecraft - beaucoup de lecteurs lisent Derleth avant HPL), ceux des contemporains tels que Robert Bloch, Clark Ashton Smith, Frank Belknap Long ou Robert E. Howard, et ceux des successeurs comme Ramsay Campbell ou Brian Lumley. De nombreux auteurs, amis ou successeurs de Lovecraft ont ainsi entretenus l'illusion du Mythe derlethien avec leurs galeries de créations et leurs cortèges d'horreurs.

Si on peut comprendre cette motivation d'étendre ad vitam eternam le Mythe de Cthulhu, on peut ne pas la partager : Clark Ashton Smith a régulièrement utilisés des entités de Lovecraft et ce dernier a employé des éléments de Smith. Mais Smith a son propre univers, fascinant au demeurant, plus poétique, plus romantique, qui n'a pas à vivre sous perfusion au sein de l'oeuvre de HPL. Ainsi, Derleth a sans cesse ajouté des éléments au Mythe qui s'est bien vite retrouvé avec une mythologie complexe et si imposante qu'elle en devient presque ridicule, en témoigne le bestiaire du jeu de rôle l'Appel de Cthulhu qui présente certaines entités avec moults détails alors qu'elles ne sont qu'esquissées dans le texte original !

Il convient donc de limiter un peu la casse. Les contemporains Howard, Smith, Bloch ont un talent indéniable pour écrire et sont à redécouvrir hors de l'ombre de Lovecraft (Howard a eu cette chance à travers son personnage de Conan). En revanche, on peut accepter que certains de leurs textes les plus lovecraftiens, souvent lus et commentés par HPL, soient liés à ceux du Maître comme des hommages, des ajouts mineurs, Lovecraft restant le coeur de ce monde qu'on appelle Mythe de Cthulhu (qui engloberait une partie du mythe de Lovecraft). Au-delà, nous parlerions plutôt de “disciples de Cthulhu”, qui regroupent tous les écrivains inspirés par lui et ayant pondus leur petite histoire d'épouvante à tentacules.

L'indicible panthéon

Grands Anciens, Anciens, Très-Anciens, Anciens Dieux et Autres Dieux…

© 2001 F. Launet/Goomi Studio

Lorsque l’on étudie le mythe de Lovecraft, on se trouve confronté à une profusion de termes tels que : Old Ones, Great Ones, Great Old Ones, Mighty Ones, Elder Ones, Elder Things, Other Ones, Outer Ones, Deep Ones, Ancient Ones, Ancient Race, Great Race, ou encore Elder Gods, Gods of Earth, Gods of Dream, Other Gods, Olden Gods, Ultimate Gods… Et pour compliquer les choses, (peut-être de manière délibérée), tantôt le même terme est employé pour désigner différentes entités, tantôt les mêmes entités sont désignées sous différents termes…

Dans un effort pour organiser le Mythe de Cthulhu, certains, à la suite d'August Derleth, ont voulu grouper le panthéon de Lovecraft en deux factions principales : d'un côté les “Mauvais” ou “Grands Anciens”, représentants du “mal cosmique”, de l'autre les “Anciens Dieux”, représentants du “bien cosmique” qui auraient emprisonnés les premiers. Mais cette conception bien tranchée est étrangère à l'esprit du mythe de Lovecraft. Ses créatures ne se laissent pas enfermer dans des catégories comme le bien ou le mal. Sans doute Yog-Sothoth pourrait-il généralement apparaître plutôt malfaisant à nos yeux et Nodens plutôt bienfaisant. Mais dans un autre contexte, Yog peut aussi se montrer relativement bienfaisant ou Nodens relativement malfaisant. Leur nature même est difficile à cerner et peut varier aussi d'un texte à l'autre (véritables dieux ? Simples extraterrestres adorés comme tels ? Ou entités aux pouvoirs inconcevables pour notre entendement ?).

Tout au plus pourrait-on distinguer entre eux des “majeurs” tels qu'Azathoth, Yog-Sothoth, Cthulhu, Hastur, Shub-Niggurath, Nyarlathotep, Ithaqua, Ghatanothoa, Rhan-Tegoth, Ubbo-Sathla, Lloigor, Zhar… et des “mineurs” tels que Père Dagon, Mère Hydra, Gnoph-Keh, Nug, Yeb, Yig… et encore, étant donné le peu que nous en savons sur eux, rien ne peut être affirmé avec certitude.

Toutes ces entités ont du moins en commun d'être de nature matérielle (quoique différente de ce que nous appelons matière) d'avoir régné sur le cosmos en un temps précédant l'histoire connue, de s'être combattues, ou d'avoir formé des alliances, d'être aujourd'hui endormies ou emprisonnées ou cachées sous la terre, sous la mer, sur d'autres planètes ou dans d'autres dimensions ; et de se manifester de temps à autre, directement ou par l’intermédiaire de leurs adorateurs, dans notre univers. Un jour viendra où elles retrouveront leur pouvoir.

A la découverte du Mythe

/home2/tiubuk/public_html/data/pages/mythologie.txt · Dernière modification: 2017/07/30 15:06 (modification externe)