H.P. Lovecraft

L'écrivain, son oeuvre, son influence

Outils pour utilisateurs

Outils du site


mythologie:la_traduction_espagnole_d_al-azif

La traduction espagnole d'Al Azif

Par le Dr. Carlos Sorentino

Dans une lettre à Clark Ashton Smith datée du 27 novembre 1927, H.P. Lovecraft affirme que le dernier exemplaire arabe d'Al-Azif a été perdu après 1228 ; une traduction en espagnol de la version arabe récemment cataloguée à la bibliothèque de Buenos Aires prouve cependant que le texte a traversé le XVIIe siècle et qu'il existait à Salamanque à cette époque.

Johannes Hispalensis, également connu sous le nom d'Avendath, médecin juif converti et membre de l'école des traducteurs de Tolède, acquit en 1164 les ouvrages de la bibliothèque de l'Andalousien Ibn Yulyul, qui servit sous Hishâm II dans la seconde moitié du Xe siècle. Parmi les textes médicaux et botaniques, Johannes trouva une copie d'Al-Azif. Peu enclin à des poursuites religieuses, il donna le livre au savant Abd-Al-Kadir Guilânî. Musli profondément dévôt, Guilânî réalisa la nature blasphématoire du livre et, partagé entre son devoir religieux de le détruire et la contrainte paradoxale de la plupart des savants de préserver les écrits, Al-Kadir scella le livre et le confia à Abdel Haqq, secrétaire du calife de Córdoba. Peu de temps après, Guilânî sombra dans un coma délirant et mourut en 11661).

L' Al-Azif doit être resté à Córdoba lorsque la ville fut reconquise par les chrétiens en 1236 et la bibliothèque du Mezquita déplacée par Alonso de Ojeda à Salamanque. Au XVIe siècle, León de Sagredo, natif de Tárrega, traduisit l'Al-Azif de Salamanque sous le nom El Libro De Los Antiguos Demonios Escrito por el Arabe Abdul Hazred. Une entrée dans le catalogue de l'époque de la bibliothèque de l'Université de Salamanque indique “Impreso a la gloria de Sancta Catherina, gloriosa Virgen Patrona de la Universidad de Salamanca, por Cornelio Bonardo. Año del Señor de 1512.2). Il n'y aucun indice sur le nombre de copies imprimées.

Il est intéressant de noter que le titre de cette traduction - “le livre des anciens démons” - est plus fidèle à la sémantique originale arabe que le mot grec “Necronomicon” choisi par Theodorus Philetas. Un autre fait intéressant concerne l'orthographe d'Abdul Hazred : les difficultés idiomatiques de la construction “Abdul Alhazred” sont bien connues ; le nom Abdul inclut déjà le préfixe Al- répété dans Al?hazred impliquant ainsi une redondance inutile jamais employée en arabe.

En 1559, l'Index de la Sainte Inquisition - la liste des livres interdits - inclut cette traduction dans la liste des livres hérétiques et, plus tard, en 1623, le tribunal de Tolède, sur la requête de l'Inquisition ordonna la destruction par le feu, en plus d'autres titres, des copies de cette traduction espagnole d' Al-Azif. Cependant, il n'y a aucune certitude que le texte arabe original lui-même ait été détruit ou mentionné dans les Index de 1559 et suivants3). Le catalogue courant de la bibliothèque de l'université n'a enregistré aucune version originale arabe ou traductions espagnoles d'Al-Azif.

En 1952, la “Biblioteca Nacional” de Buenos Aires, dans sa vieille “Anexo” d'Avenida Santa Fe 1851, avait une copie de la traduction catalogué comme “Sagredo, León. El Libro De Los Antiguos Demonios Escrito por el Arabe Abdul Hazred, Salamanca, 1612.4).

L'entrée du catalogue est embarrassante. Premièrement l'année citée est 1612 alors que Freyre de Andrada attribue une date de 1512 à la publication de la traduction de Sagredo. Deuxièmement, la mention de Palau est énigmatique puisque ce bibliographe ne semble pas avoir catalogué Al-Azif ou Libro El-de Los Antiguos Demonios Escrito por Arabe el-Abdul Hazred. En outre, Palau n'a jamais travaillé à Buenos Aires ; est-ce une référence à une autre copie, encore non découverte, de la traduction espagnole ?

L'“Anexo” a été fermée en 1978 quand l'immeuble a été déclaré insalubre et condamné à la démolition. Les collections ont été transférés à la bibliothèque du “Servicio Geologico Nacional” au second étage du “Secretaria de Industria Comercio y Mineria” à Avenida Julio A. Roca 651 à Buenos Aires. Cependant, le catalogue moderne ne mentionne pas El Libro De Los Antiguos Demonios Escrito por el Arabe Abdul Hazred dans ses fonds actuels…

Ph D, M Env St, B E (Chem), Dip Rad Tech

FAusIMM, CPMan, CPEnv, MMICA, MRACI, CChem''

Université de Macquarie

Avril 2001

© Dr. Carlos Sorentino

1)
Aïnî, Mehmmed Ali : Un grand Saint de l'Islam Abd-Al-Kadir Guilânî 1077-1166. En collaboration avec F. J. Simore-Munir. Les grandes figures de l'Orient, 6. Paris 1936.
2)
Freyre de Andrada, Jacinto. Catalogo General de la Biblioteca de la Santa Merced del Monte de la Real Universidad de Salamanca. 1651.
3)
Kamen, H. , 1998, The Spanish Inquisition, The Folio Society, London.
4)
La suite de l'intitulé est : “Folio menor. Frontis grabado, 6 hojas, retrato grabado, 67 hojas. Piel de la época con tejuelo, nervios y hierros dorados en el lomo con pequeña pérdida en el cabezal. Cortes tintados. Las primeras y últimas hojas con algunos puntos de polilla restaurados que afectan mínimamente. 6 hojas. 67 páginas Algo justo de margen. Este ejemplar está falto de las estampas 14 y 15. El frontispicio y la portada originales han sido substituídas por una portada manuscrita de la época en castellano. Ejemplar descripto por Palau.
/home2/tiubuk/public_html/data/pages/mythologie/la_traduction_espagnole_d_al-azif.txt · Dernière modification: 2017/07/30 15:07 (modification externe)